samedi 15 juin 2013

Spirales, Tatiana de Rosnay


"Il y avait un décalage flagrant entre l'harmonie apparente de sa personne et l'angoisse qui la rongeait."


La vie d'Hélène est réglée comme du papier à musique. Une femme au foyer heureuse au côté d'un mari éditeur et des enfants qui ont réussi et qui ont quitté le nid. Il lui manque juste une chose: sentir au plus profond d'elle-même qu'elle est en vie. C'est ainsi qu'elle se retrouve un jour dans les bras d'un inconnu. Mais ce bref moment d'extase vire au cauchemar lorsque l'homme meurt d'une crise cardiaque en pleine action. Hélène prise de panique s'enfuit. Dans la précipitation, elle oublie son sac et ses papiers d'identité. Jusqu'où ira-t-elle pour préserver les apparences et éviter à tout prix le scandale?

Un récit court et un suspens haletant qui ne laisse pas beaucoup de répit à l'héroïne ni au lecteur d'ailleurs. Mais surtout une réflexion sur la frontière entre le bien et le mal et ce que nous sommes capable de faire pour protéger notre bonne conscience. Une analyse du côté obscur de la nature humaine qui nous pousse inévitablement à nous poser la question: qu'aurions-nous fait à sa place?
  
" -Avoue tout de même que tu as une vie terriblement protégée, Hélène.
Hélène leva les yeux vers son amie, silencieuse. Armelle continua de sa voix perçante, presque agaçante.
- Il ne t'est jamais arrivé quelque chose de grave. Ton mari t'aime encore, ce qui est un miracle, de nos jours, tes enfants ont réussi, il y a des petits-enfants, pas de problème d'argent, de santé, vous vivez bien. Tu n'a jamais travaillé, tu n'en as eu jamais besoin, tu ne sais pas ce que c'est la vie d'entreprise. Vous habitez un hôtel particulier, cité des Fleurs, vous avez une villa à Honfleur, enfin tu vois ce que je veux dire, tu ne peux pas te plaindre. Hélène, tu n'as pas le droit de te plaindre. Tout va bien dans ta vie. N'est-ce pas?
Hélène termina son chocolat lentement. Elle étudia le visage sans relief de son amie, sa blondeur fade, ses bijoux de bourgeoise, son sac de marque.
- Tout va bien dans ma vie, répéta-t-elle, à voix basse.
- Mais oui, entonna Armelle, ses lèvres tachées de cacao aux commissures.
Hélène plaça une main sur le poignet replet de son amie. Puis, elle se pencha vers son amie, avec un sourire étrange. Armelle trouva que les prunelles d'Hélène étaient presque jaunes, alors qu'elle les avait crues marron. Le visage d'Hélène était tout près du sien et elle en ressentit un inconfort soudain. Elle avait envie de reculer mais Hélène avançait encore.
- Mais qu'est-ce que tu en sais? dit Hélène doucement, sans ciller. Qu'est-ce que tu sais de ma vie?
Pour la première fois, Armelle eut peur d'Hélène. Sans qu'elle puisse expliquer pourquoi."


Bonne journée et bon we à vous et à lundi pour une page de scrap.

Cricri

"Le mal se fait sans effort naturellement par fatalité; le bien est toujours le produit d'un art." Charles Baudelaire

2 commentaires:

Sandra Tessari a dit…

Une magnifique accroche qui donne bien envie!!!
..............gros bisous!♥♥♥

maurienne a dit…

je suis totalement fan de l'écriture de Tatiana de Rosnay.
il est déjà prévu dans mes prochaines lecture..
bisous

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails